AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 [BG] Tyrandh Elythra/Lyth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
éLYTHra
Habitué
avatar

Nombre de messages : 22
Classe : Ombre
Niveau : 15...
Alignement : Neutre Mauvais
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: [BG] Tyrandh Elythra/Lyth   Mar 28 Juil - 3:16

Citation :
Jar HUIT du second mona du trimeno Crussifol:
Voilà, je décide à l’instant même d’entreprendre la tenue d’un journal. Bien que mes journées soient peu remplies, les rencontres que je fais à la taverne d’Emblème méritent de rester dans mes mémoires.

Vers dix-sept hars je me rends - comme tous les soirs depuis quelques jars - à la taverne d’Alphonse. L’imposant Troll ne me remarque pas lorsque je m’assieds à ma table, trop occupé à fouiller dans une vieille caisse du fond de la taverne. J’observe la place du marché, patiemment.
Tous les jars, des marchands et aventuriers des quatre coins du royaume se rassemblent autours du monument de marbre blanc et installent échoppes, tentes et autres aménagements commerciaux.
Depuis ma table, j’aperçois aussi l’Arbre, un vieux chêne posé sur une petite colline, au Nord - Est de la place du marché. Selon certains, ce chêne aurait vécut une grande partie de l’histoire d’Amtenaël.
Alphonse me remarque enfin, je peux presque lire un sourire sur ses lèvres de roche, il s’approche puis me demande d’une voix caverneuse ce que je désire commander à boire. Je me racle doucement la gorge, puis réponds:
« Une liqueur de violette. »
Quelques temps plus tard, j’étais servie. J’ai passé le reste de la soirée à cette taverne, échangeant quelques mots, de temps à autres, avec Alphonse.

Jar NEUF du second mona du trimeno Crussifol:
Je me suis réveillée pendant la nuit. J’ai poussé la porte de ma chambre puis descendu les escaliers sans faire de bruit. Je suis sortie prendre l’air. Je l’ai trouvé particulièrement frais. Un peu plus tard, j’ai regagné mon lit puis dormi jusqu’à l’Aube.
J’ai flâné toute la journée aux alentours du village. Comme il a fait beau et chaud aujourd’hui. Je n’ai pu m’empêcher de garder le sourire aux lèvres, tellement ce temps me fit plaisir à voir.
Le soir, je suis retournée à la taverne. Un homme occupait déjà la table que j’avais l’habitude de prendre; il ne semblait pas grand et était vêtu d’une cuirasse de cuir usée et d’une cape noire. Il avait relevé sa capuche et il m’était impossible de distinguer un seul trait de son visage.
Je me suis donc assise à la table voisine, sans faire de bruit. Alphonse inclina la tête puis m’apporta une liqueur de violette. Le visage encapuchonné ouvra alors la bouche:
« Seule la bière Midgardienne a le don de faire oublier le passé… »
Hésitante, je décidai tout de même de répondre:
« Certainement… Mais je ne cherche pas à fuir mon passé.
- Vraiment ? Et bien vous le fuirez un jour ou l’autre… »
Intriguée, je bu une gorgée de ma liqueur puis l’interrogeai:
« Et vous … ? C’est votre passé qui vous amène ici ?
- Oui.»
J’appris par la suite qu’il s’agissait d’un Frostalf. Ces êtres nordiques pourvus d’une peau grisâtre.
Il m’expliqua son histoire: Ciranos - tel est son nom - était forgeron. Un jour il fut recruté dans les troupes Midgardiennes dans un conflit entre les trois royaume. Les épées sifflaient, il exécuta deux Bretonnes - qui n’avaient d’après lui aucune mauvaise intention - sous les ordres d’un supérieur Troll.
Aujourd’hui il regrette encore et noie ses vieux démons à travers la bière.
Son histoire me toucha particulièrement, et je ne pouvais m’empêcher de me mettre à sa place.

Jar ONZE du second mona du trimeno Crussifol:
Cette dernière nuit était affreuse. Je n’ai jamais cessé de me triturer l’esprit. Moi … Pourquoi suis-je ici ? Quel est mon but ici ? … Et eux ? Que font-ils là … Je devrais arrêter avec ces questions … Oui, je vais arrêter et profiter de ma journée, simplement. Comme je le faisais si bien ces derniers jours. C’est étrange, mais cette journée semble pourtant différente des précédentes, il y a comme quelque chose dans l’air … Le soleil brûle, mais je le trouve repoussant, et pas un souffle de vent … J’étouffe.
Je me rends à la taverne, pensant que la liqueur ferait passer la journée plus vite. Puis très rapidement des interrogations me reviennent à l’esprit. Et lui ? Alphonse … Il fait ça toute la journée, il essuie des chopes, empile des assiettes et reçoit une misère en retour … Comment tient-il ? Allez, je termine mon verre. Ces marchands, là, sur la place, ces vauriens qui augmentent leurs prix chaque fois qu’un client tourne le dos à leur étalage … Et moi … Moi qui me contentait d’être heureuse avec deux rayons de soleil et un ciel bleu pâle. C’est drôle, cette façon de voir les choses.
Ce soir je compte faire gagner plus de petites pièces de cuivre à ce bon gros Alphonse…

Jar DOUZE du second mona du trimeno Crussifol:
Une nouvelle nuit terrible. Je me suis éveillée brusquement; les liqueurs remuait encore dans mon estomac. J’ai une impression étrange en me levant, un vertige qui m’oblige à m’asseoir sur le bord de mon lit et à rester quelques temps ainsi. J’entends comme un bourdonnement. La soirée d’hier, sans doute. Je sors de ma chambre et une chose étrange se produit: dans le couloir -comme tous les matins - la fille du gérant de l’auberge balaie et au lieu de la saluer amicalement et de discuter un peu avec elle je ne tourne même pas la tête, pas même un regard en sa direction…
Plus tard, sur la place, j’ai eue la désagréable impression qu’absolument tous les marchands m’observaient… Je ne sais pas à quoi c’est dû, peut-être le manque de sommeil…

Jar TREIZE du second mona du trimeno Crussifol:
Je me sens faible aujourd’hui. J’ai pourtant dormi. Je crois que j’ai un début de fièvre, mais je ne veux pas aller voir un guérisseur… Je ne tiens pas à me faire soutirer de l’argent inutilement.
La journée est longue. Je ne fais rien, et j’évite systématiquement les contacts avec un marchand.
Le soir, je me rends à la taverne, comme à l’habitude. Alphonse me sert une liqueur, puis une autre.
Un Avalonien est déjà présent, une table plus loin.
A un moment, ma jambe fut parcourue de tremblements - qui durèrent toute la soirée- et que je fis passer comme un cailloux dans ma botte.
Un Elfe arriva à la taverne, il était grand, vêtu d’une toge bleue et portait un dragon noir brodé sur sa cape. Nous entamèrent une discussion, car à ce moment là je me sentais de parler à quelqu’un.
Son nom était Feomir, oui, Altoo Feomir. Je lançai quelques regards peu discrets à l’Avalonien, tout en discutant avec Altoo. Celui-ci comprit bien rapidement nos petits jeux de regards et m’expliqua par la suite que l’Avalonien se nommait Liath, descendant d’une riche famille: les Aengus. Il m’avertit aussi que son cœur était déjà prit…

Jar QUINZE du second mona du trimeno Crussifol:
Je me suis rapprochée de ce Liath Aengus. Certes, je passe encore de mauvaises nuits, car incomplètes, mais cet Avalonien est … Apaisant. Je lui ai dit que je cherchais du travail, et il pense avoir quelque chose pour moi. Les choses vont plutôt bien, même si le Soleil m’agresse toujours plus.

Jar DIX-HUIT du second mona du trimeno Crussifol:
Je suis fatiguée. Fatiguée de perdre mes nuits. Heureusement, il est là, lui. Aujourd’hui j’ai passé un entretient concernant le travail dont Liath m’avait parlé. Je crois qu’ils s’est bien déroulé. Mais le plus important reste le fait qu’il m’ait embrassée … Oui, et il m’a offert un collier de perles. Je vais passer la nuit à Camelot, dans l’auberge même ou j’ai passé cet entretient.

Jar DIX-NEUF du second mona du trimeno Crussifol:
Je me sens mal… Vraiment mal. Je crois que je suis partagée entre le désir de m’embarquer dans cette aventure, avec Liath, et de tout lâcher. Parce que, c’est assez étrange, mais je me sens à la fois vivante, et à la fois loque…Ou pantin … Une poupée … Quelque part je me sens comme manipulée de partout, et pas par moi… Et cette … Dualité est horrible … Elle me brûle le cœur, je le sens fondre … Petit à petit … Il réduit, et d’ailleurs, il laisse la place à des idées noires … Et étranges … Ou plutôt fantastiques … Mais sombres … Je ne veux pas en parler à Liath … De toute façon, j’ai de plus en plus de difficultés à former des phrases longues … C’est assez inquiétant … Serait-ce l’insomnie ? Ou les liqueurs que j’ingurgite tous les soirs depuis plus de deux semaines … Je vois bien les regards qu’on me lance … Depuis la place du marché, depuis leur fenêtre, où ils se pensent protégés … Ils se croient mieux … C’est évident. J’aimerai leur montrer de quoi … Qu’ils ne sont pas mieux … Non.
Pourquoi je ne fais pas comme eux ? Pourquoi je ne vis pas, tout simplement ? … Pourquoi me sens-je obligée de m’imposer … Tout ça ? Je suis différente … C’est ça … Je ne suis pas eux … Moi, je suis différente … Je ne me contente pas de vivre bêtement sans poser de question … Ce dont j’ai besoin … C’est toujours plus …
Je suis minable.

Jar VINGT ET UN du second mona du trimeno Crussifol:
Le Féomir avait raison … Elle s’appelle Eda. Elle est sa fiancée … Evidemment … C’était trop beau … Mais je ne lui en veux pas … Je pleure. Toute la journée je pleure. Je pleure en ce moment même. J’ai honte de pleurer, et j’ai honte … En réalité j’ai un sentiment de honte permanent au fond de moi. J’ai honte de ce que je suis, j’ai honte de ce que j’ai fait - puisqu’en réalité je le savais déjà et pertinemment- mais je ne pourrai pas oublier. Certes mon cœur a déjà coulé depuis longtemps, mais ma mémoire est encore intacte. Et puis je ne suis pas moi … Lorsque j’ouvre la bouche … Non, ce n’est pas moi. Ce ne sont pas mes intonations, même pas mes mots … C’est pourtant bien mon visage ? Oui mais non … Je n’étais pas ainsi … Je n’étais pas ainsi ? … Bien sûr que non … Même lorsque j’observe mes mains …
Je vais porter des gants.

Jar VINGT CINQ du second mona du trimeno Crussifol:
Aujourd’hui … J’en suis certaine … J’ai entendu … J’ai entendu de mes oreilles … Tyrandh. Oui, j’ai entendu: Tyrandh. Je le sais puisque je l’ai entendu. Il n’y avait personne aux alentours, j’étais seule dans la nuit, puis On m’a dit: Tyrandh. Et ce n’est pas la première fois … Le son semblait extérieur à moi, et pourtant personne n’était là … Personne … Je sais ce que j’entends …

--------------------------------------------------------------------

Jar VINGT CINQ du second mona du trimeno Crussifol:
Ca a recommencé. Je pensais … Et oui, je n’arrive plus à me faire comprendre par la parole, alors je pense. Je me disais simplement que tout ça n’est qu’un mythe. A cause des mots. Les mots fondent les mythes, et les mythes fondent le monde, la terre et la boue noire et souvent rouge. Oui, tout ça n’est qu’un mythe, tous ces Dieux là-haut sont des mythes … Et tout est basé sur ces mythes, qui ne sont jamais remis en cause … Et si, moi, je me mettais à les remettre en cause ? Et bien comment expliquer notre existence ? … Là est toute la question … Si eux n’existent pas … Comment sommes-nous ici ?
Et à ce moment, mon cœur s’est emballé, il n’a jamais battu aussi vite, je pensais d’abord qu’ils voulait sortir … Hélas non, le pire restait à venir. Les poutres se sont fendues, littéralement … Le ciel qui était alors noir est devenu blanc … Blanc comme un éclair. Et ils ont crié. Oui, ils ont crié, si fort que j’ai pensé mourir tout d’abord … Mais je me rends compte aujourd’hui que cette situation est bien pire que la mort elle-même …

Jar VINGT SIX du second mona du trimeno Crussifol:
Un Elfe.

--------------------------------------------------------------------

Jar VINGT SIX du second mona du trimeno Crussifol:
J’arrive à m’exprimer. Oui, je lui parle et il me répond. Je l’ai rencontré à la taverne, il se nomme Ildarion, c’est un chasseur en voyage. Il n’est pas bien bavard, mais nous échangeons quelque mots, et je pense que je me sens mieux. Nous avons bu une liqueur ensemble et parlé de la pluie. Oui, aujourd’hui il pleut autant que j’ai pleuré, ces deux derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éLYTHra
Habitué
avatar

Nombre de messages : 22
Classe : Ombre
Niveau : 15...
Alignement : Neutre Mauvais
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: [BG] Tyrandh Elythra/Lyth   Mar 28 Juil - 3:16

Citation :
Jar VINGT HUIT du second mona du trimeno Crussifol:
Je me sens mieux. Oui, je suis guérie. C’est tellement apaisant d’avoir quelqu’un à qui parler. Aujourd’hui il m’a conté sa triste histoire: sa mie mourut en donnant naissance à leur enfant, qui mourut aussi par la suite… J’hésite à lui poser des questions sur son passé. Il me demande parfois de parler de moi … Qu’y a t’il à dire ? Je ne suis que Tyrandh, l’Elfe qui passe ses soirées à la taverne et ne cesse jamais de se poser des questions inutiles … Alors pour meubler la conversation, je lui explique que je descends d’une famille de fermiers, propriétaires d’une ferme en Hibernia et que j’ai quitté la demeure familiale il y’a quelques monas, âgée de 17 cycles pour me lancer dans une carrière de chasseuse de trésors - sans en avoir jamais trouvé.

Jar VINGT NEUF du second mona du trimeno Crussifol:
Il part demain. Je ne sais pas quoi faire, j’aimerai lui expliquer que je ne veux pas qu’il s’éloigne … Mais c’est un voyageur, je ne peux pas l’empêcher de bouger. Alors je vais le laisser partir … Ou partir avec lui ? Accepterait-il ? J’essaierai cette alternative … Demain.

Jar NEUF du troizième mona du trimeno Crussifol:
Je suis enfin sur pieds. Le jar trente, lorsque je lui proposais de voyager ensemble, un groupe de Légionnaires nous tomba dessus. Au départ ils exigeaient simplement une pièce d’or en échange de nos vies, mais ils désiraient par la suite nous voir - Ildarion et moi même- s’entre-tuer dans l’arène ! Nous n’avions pas le choix, soit les Légionnaires nous prenaient la vie lentement et sûrement … Soit Ildarion me plantait ses dagues dans les flancs; ce qui d’ailleurs arriva. Oui, ce jour là il me blessa gravement, je gisais sur le sol de l’arène. Lorsque les Légionnaires furent partis -en riant grassement- il me porta jusqu’à la taverne de l’Aigle Forestier. Là-bas il me soigna avec des plantes achetées aux marché proche. Quelques jours plus tard, j’allais mieux.
Aujourd’hui je suis retournée à Emblème, plus précisément à la taverne d’Alphonse. Je reprends mes habitudes, doucement.
Cette mésaventure a tout de même un bon point: il n’est pas encore parti…

Jar DOUZE du troizième mona du trimeno Crussifol:
Une connaissance, Ryth Lythandras, m’a rapporté une poudre de racine qu’il nomme: « Essence de Vie ». Il dit qu’elle peut m’aider à oublier la douleur de mes flancs, qui me lance encore de temps à autres. Il a aussi précisé qu’il fallait en ingurgiter très peu, une pincée suffit.

-----------------------------------------------------------------

Jar DOUZE du troizième mona du trimeno Crussifol:
Je crois que je vais me débarrasser de cette poudre … J’en ai pris une pincée, comme Ryth l’avait précisé -qui est d’ailleurs à Camelot à cette har- et ça ne me réussi pas vraiment … J’ai d’inquiétants vertiges, et des moments de « vide », je ne bouge presque plus et je me perds dans mes pensées - bien plus que d’habitude. J’entends aussi un bruit de fond, sourd. Je crois que je vais aller me reposer dans ma chambre. Tant pis si je ne vois pas Ildarion ce soir, il comprendra.

Jar TREIZE du troizième mona du trimeno Crussifol:
Je ne l’ai pas jetée. J’en ai repris … Un peu plus … Ca ne peut pas être si mauvais. Pour l’instant rien ne se passe … Je suis rassurée. Je vais aller me balader du coté de l’Arbre …

Jar QUATORZE du troizième mona du trimeno Crussifol:
… Je ne comprends pas. J’en tremble encore … J’ai vu … Des choses incroyables … Je suis tombée dans un puits … Un puits rouge feu ! Et les nymphes étaient là aussi … Elles commençaient à absorber ma vie … A travers mes propres lèvres … Oui … Et le puits rétrécissait … Puis je me suis réveillée … Enfin ce n’est pas sûr … J’ai relevé la tête, il n’y a avait certes ni puits, ni nymphe mais j’ai vu, je l’ai vu de mes yeux: un bosquet, avec une masure … Et les arbres se sont écartés ! Ils se sont écartés lentement … J’ai … Poussé la porte … La masure était simplement vide.
Ensuite je ne sais plus. Je me trouvais au près de l’Arbre, entre deux racines. Un rêve ? Je me souviens parfaitement des lieux, et des visages … Et des sons …

Jar SEIZE du troizième mona du trimeno Crussifol:
C’est affreux … Et magnifique …
Aujourd’hui j’ai rencontré un Légionnaire. Je ne connais pas son nom, et, en fait je ne l’ai presque pas regardé. Il m’a adressé la parole, me complimentant je crois. C’était amusant, et je portais le masque de la frêle Tyrandh … Un joli masque de peau pâle … Blafarde même … Effrayée, et fascinée par les étoiles qui tournaient aux alentours.
Il m’a aussi trouvée fascinante … Pourquoi ? Pourquoi pas … Ma chair, certainement … Imbibée de liqueur.
Je lui ai fait gouter l’essence … Et il a brûlé avec moi. C’était magique, une nouvelle fois. Hélas il va falloir que je retourne voir Ryth … Cet enflure me fait payer aujourd’hui …

Jar VINGT du troizième mona du trimeno Crussifol:
Vangelias m’aime. C’est du moins ce qu’il prétend … Quant à moi, j’aime les risques … Alors j’accepte, lentement de monter sur le cheval rouge avec lui …
Ce dont je ne me doutais pas ces derniers jours, c’est qu’il essaierait de me faire quitter la Nouvelle Etoile … Mais moi je ne veux pas ! Moi je veux continuer de danser avec … Les crânes titanesques, les os noirs des noyés jetés dans le bleu des vagues … Le Roi papillon monstrueux et majestueux … Qui flotte entre le Sol ail, la Rune blanche et qui observe les hommes comme un homme observe un cloporte …

Jar VINGT ET UN du troizième mona du trimeno Crussifol:
Je refuse de céder aux intonations de ses paroles … Il a pourtant essayé, avec moi … Il connait pourtant l’effet magique et … apaisant … De l’essence … Du feu qui monte en soi …

Jar VINGT DEUX du troizième mona du trimeno Crussifol:
Il n’y arrivera pas. Pas. Jamais. Ce monde est un néant gigantesque ou nous flottons sans savoir pourquoi … Alors pourquoi devrai-je, moi, y rester ? Pourquoi devrai-je flotter comme une âme en peine dans un monde gris, alors que je peux brûler lentement et magnifiquement sur l’Etoile rouge feu ? …

Jar VINGT TROIS du troisième mona du trimeno Cussifol:
Dans les yeux, les flammes, les combats de chair, les collines enflammées, les corridors, l’ombre ou la lumière, pour manipuler, consommer-consumer, recracher de l’air.

Journée de la pleine Lune, au sommet de la dune …
Les ombres d’eau, pâles.
Vomir mes nerfs, mettre mes veines à vif.
Trompes la mort.
Ne m’est plus rien égal.
Je vais enfoncer mes doigts dans mes oreilles, crever ces tympans, fragile, mais si offensifs, agressifs, vomissant …
Oublions le monde, oublions ce qu’on croit voir, allons plus loin, ne doutons plus du chemin, de la voie à prendre, du ton à choisir, fermons les yeux, mais découvrons l’envers du décors, les fils de la marionnette, ouvrons la cage crânienne et acceptons cette fatalité avec le sourire.
Les fleurs des nations, les fleurs pourpres, pour enfin aboutir aux fleurs sombres, mais tant expressives.

Jar VINGT CINQ du troizième mona du trimeno Crussifol:
Etoile-Rouge-Feu-Volcan-Calle-Mer-Mère-Vidée-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant-Néant- NON.

Jar TREIZE du troizième mona du trimeno Rashula:
Ils n’arrêtent pas de crier … Ils crient encore … Ils commentent ce que je fais … Tout le temps … Ils vont finir par fissurer mon crâne … Ils veulent que je parte … Loin … Ils veulent que je parte loin … Ils me forcent à vomir … Rouge … Toujours rouge … Rouge presque noir … Je vais partir … Je vais obéir … Je n’en peux plus … Ils résonnent trop fort …

Jar TREIZE du premier mona du trimeno Troubila:
Ils crient toujours … Mais je sais comment les faire taire … Ils ne cracheront plus leurs venin blanc … Ni sur moi … Ni à travers moi … Ni dans mes yeux … Ni dans mes oreilles … Sourdes car inondées de syllabes indescriptibles …

J’ai déjà découpé lentement le peu de chair présent dans mes poignées. Ca coule. Beaucoup. Je guéris, lentement, le vent s’arrête et je le vois, le soleil me transperce de ses flèches pourpres. Je vois le monde comme chacun devrait le voir. Un homme s’approche … Il baisse les bras au ciel, en chantant.
Des insectes se logent dans mes p… <l’écriture s’arrête ici>.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[BG] Tyrandh Elythra/Lyth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présebtation Lyth (Rémi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mains du Destructeur :: Amtenaël : Roleplay :: Background-
Sauter vers: